Santé financière entreprise : comment l’évaluer efficacement ? 2024

santé financière d'une entreprise

  • Publié le27/06/2024

    Temps de lecture 5 Mins

  • Publié le 27/06/2024

    Temps de lecture 5 Minutes

    Déterminer la santé financière d’une entreprise est essentiel pour un entrepreneur. Pour votre entreprise, il vous permet d’interpréter les résultats actuels, adapter la stratégie de l’entreprise et identifier les possibilité d’investissements pour favoriser la croissance. Côté relation client, évaluer la fiabilité des résultats d’un futur partenaire réduit les chances d’impayés.

    Dans cet article, découvrir comment y voir plus clair dans vos finances et vérifier la santé financière d’une entreprise gratuitement !

    Comment vérifier la solvabilité d’une entreprise (gratuit) ?

    Avant d’entamer une relation commerciale, vérifier la solvabilité d’une entreprise est une étape importante. En effet, cela vous permettra de réduire les chances d’affronter des impayés et donc d’assurer la pérennité de votre activité.

    Plusieurs entités proposent gratuitement d’évaluer la santé financière d’une entreprise :

    1. Sirene : la plateforme avis-situation-sirene.insee.fr permet de générer les avis de situations d’une entreprise à l’aide du numéro SIREN ou SIRET. Sur le site sirene.fr, vous pouvez également retrouver les immatriculations, radiations et modifications au répertoire des entreprises.
    2. Infogreffe : vous pouvez consulter gratuitement le statut et les actes d’une entreprise avec ses chiffres. Vous pouvez payer pour recevoir l’extrait de kbis et les comptes annuels détaillés également par exemple.
    3. Répertoire national des métiers : il regroupe les entreprises artisanales enregistrées au répertoire des métiers. On y trouve les dates d’immatriculations ou de radiation des entreprises.
    4. L’annuaire des entreprises : annuaire-entreprises.data.gouv.fr regroupe des données ouvertes issues de la base Sirene de l’Insee du registre national du commerce et des sociétés (RNCS) et du répertoire national des métiers (RNM).
    5. Bodacc (Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales) : la plateforme publie les actes enregistrés au registre du commerce, les ventes et cessions, les immatriculations, les créations d’entreprises, modifications et radiations de personnes physiques ou morales inscrites au registre du commerce et des sociétés, les procédures collectives et les avis de dépôt des comptes des sociétés.
    6. Balo (Bulletin des annonces légales obligatoires) : il contient les annonces des entreprises qui ont fait appel publiquement à l’épargne et aux établissements bancaires et financiers. Vous pouvez trouver les opérations financières, les avis de convocations aux assemblées générales ainsi que les comptes annuels d’entreprises.
    7. Data INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) : il centralise tous les comptes de SA et de SARL. Vous pouvez retrouver les statuts, procès-verbaux d’assemblées générales, les comptes annuels non confidentiels, les immatriculations, les modifications ainsi que les radiations.
    8. L’état d’endettement de l’entreprise : vous pouvez demander au greffe du tribunal un état de l’endettement de l’entreprise.

    Comment vérifier la santé financière d’une entreprise ?

    Garder un œil sur la situation financière de votre entreprise est également essentiel en tant qu’entrepreneur. Plusieurs indicateurs financiers vous aident à prendre la température et agir pour s’assurer de la viabilité de votre activité.

    Les bénéfices

    Le premier indicateur de la santé financière d’une entreprise sont les bénéfices. Ce sont les gains enregistrés une fois que toutes les charges ont été réglées.

    Le calcul du bénéfice est le suivant : chiffre d’affaires – (coûts + charges).

    Il faut donc mettre cette métrique en parallèle avec le chiffre d’affaires d’une entreprise pour démontrer une gestion saine de l’activité.

    Le chiffre d’affaires

    Avec les bénéfices, la croissance du chiffre d’affaires est un des indicateurs financier les plus vérifiés. Il correspond au total de ventes réalisées pendant son exercice comptable. Son calcul correspond au prix de vente multiplié par les quantités vendues.

    Pour bien interpréter son calcul, vous devrez le mettre en perspective avec la moyenne de votre secteur d’activité ainsi qu’observer l’évolution de votre chiffre d’affaires dans le temps.

    La rentabilité

    Si les revenus d’une entreprise sont supérieurs ou égaux à ses dépenses, on peut dire que l’entreprise est rentable.

    Le calcul de la rentabilité est le suivant : chiffre d’affaires – charges fixes – charges variables. Cependant, ce calcul est souvent insuffisant pour obtenir une vue globale de votre activité. Les notions de rentabilité économique et financière vous permettent d’affiner la compréhension de votre entreprise.

    • Rentabilité économique = (résultat d’exploitation – impôts sur les bénéfices) / (capitaux propres + dettes financières). Elle permet de mesurer la capacité de l’entreprise à créer de la valeur grâce à son activité.
    • Rentabilité financière = (résultat d’exploitation – impôts sur les bénéfices – intérêts versés aux dettes financières) / capitaux propres. Mesurer la capacité de l’entreprise à créer de la valeur pour l’actionnaire.

    Pour aller encore plus loin, le calcul du seuil de rentabilité et du point mort vous permettent de fixer un niveau à atteindre pour être sûr d’atteindre la rentabilité :

    • Le seuil de rentabilité correspond au niveau de chiffre d’affaires hors taxe à atteindre pour ne pas perdre d’argent. SDR = coûts fixes annuels / taux de marge sur coût variable. La marge sur coût variable correspond à l’excédent de chiffre d’affaires sur les charges variables.
    • Le point mort correspond au montant du chiffre d’affaires pour lequel l’entreprise ne réalise ni perte ni bénéfice. Il est exprimé en nombre de jours. PM = (seuil de rentabilité / CA) x 365 jours.

    Si la rentabilité de l’entreprise est positive, cela signifie que les revenus sont supérieurs aux dépenses. Vous pouvez donc choisir d’investir pour développer votre activité. Si la rentabilité est nulle, l’entreprise est rentable mais vous ne tirez pas de bénéfice. Si elle est négative, vous n’êtes pas rentable et vous devrez analyser votre situation pour ajuster par exemple vos coûts.

    La capacité d’auto financement

    La capacité d’auto financement (CAF) est le montant de ressources internes qu’une entreprise peut librement utiliser pour ses investissements après avoir couvert toutes ses charges et impôts.

    Une CAF négative signifie l’entreprise ne génère pas suffisamment de cash pour couvrir son cycle d’exploitation. Elle devra avoir recours à des emprunts par exemple.

    En revanche, une CAF élevée indique une bonne santé financière et la capacité d’investir pour favoriser la croissance de l’entreprise.

    Le fonds de roulement

    Le fonds de roulement (FR) ou fonds de roulement net global (FRNG) est l’argent disponible après le paiement de ses dépenses courantes. Pour le calcul, vous devrez vous appuyer sur le bilan comptable.

    Un FRNG positif témoigne de la capacité de l’entreprise à couvrir l’ensemble de ses dépenses courantes. Elle a donc une bonne santé financière.

    Si le résultat est nul (égal à zéro), vous pourrez financer les investissements à long terme mais pas les activités courantes.

    Dans le cas d’un FRNG négatif, vous n’avez pas suffisamment de ressources pour soutenir la croissance.

    Pour augmenter votre FRNG, votre entreprise peut avoir recours à des emprunts.

    Santé financière entreprise : comment l’améliorer ?

    Si les indicateurs financiers ne sont pas au vert, comment améliorer la santé financière de l’entreprise ?

    1. Etablir des objectifs financiers clairs : vous pouvez créer un budget détaillé pour prévoir vos dépenses et recettes à court et moyen terme. Si vous constatez que votre entreprise n’est pas rentable avec ces prédictions, vous pourrez plus facilement “revoir votre copie” et faire des ajustements. Il vaut mieux prévenir que guérir !
    2. Optimiser les coûts : avec un logiciel de comptabilité comme Axonaut, vous pouvez contrôler l’ensemble du processus fournisseur. En effet, retrouvez et créez en quelques clics l’ensemble de vos coûts fixes et variables, prévoyez le règlement de vos dépenses récurrentes et centralisez l’ensemble de vos paiements fournisseurs. Objectif : contrôler au plus près ses dépenses !
    3. Vérifier en temps réel vos flux de trésorerie : avec Axonaut, vous pouvez connecter votre compte bancaire en temps réel et contrôler vos entrées et sorties de trésorerie. Pour votre comptabilité, rapprochez également chaque dépense et vente des justificatifs correspondants.
    4. Avoir une politique de délais de paiement claire : l’objectif étant d’optimiser le plus possible votre besoin en fonds de roulement, négociez des remises ou des délais plus longs avec vos fournisseurs. Côté clients, mentionnez clairement vos délais et conditions de paiement et préférez des paiements avec des délais courts. Avec Axonaut, proposez le paiement en ligne pour faciliter le règlement de vos factures clients.
    5. Prévoir les besoins en trésorerie : et si vous deviez faire face à des imprévus ? Cela peut être un coup dur à court ou moyen terme pour votre entreprise ! Grâce à un logiciel de comptabilité, retrouvez automatiquement des prévisionnels de trésorerie et de chiffre d’affaires pour éviter toute surprise.
    6. Faire appel à un expert-comptable : un professionnel peut vous apporter des conseils pour optimiser la rentabilité de votre entreprise et proposer des actions à mettre en place. Grâce à Axonaut, vous facilitez votre quotidien et celui de votre expert-comptable ! En effet, il dispose gratuitement d’un espace pour vérifier votre comptabilité et automatiser les exports comptables.